Aurélie, l’enseignante et cavalière.

Mon seul filet de sécurité, notre relation.

12 ans que les chevaux rythment ma vie, 7 ans que l’enseignement rythment mon quotidien.

Je me suis rapidement plongée dans les diverses lectures auxquels les cavaliers ont accès. Lorsque je me passionne pour un sujet, je le dévore sous toutes ses formes. Se dessine alors un attrait particulier pour la discipline du dressage, la biomécanique du cheval et le comportement. J’ai besoin de connaître tous les rouages de cet être que je découvre sur le tard.

Puis, successivement, Arriado, Scarento, Bellina et Umbrio entrent dans mon quotidien. Nos échanges sont enrichis par tous les cavaliers et les chevaux que je rencontre sur mon chemin, stages, conférences, clients.

Au fil du temps, je teste le CSO, brièvement le complet, je m’exerce au dressage, puis au travail à pied, de l’académique à l’equifeel, je vis de belles randonnées. Je m’y fais plaisir à chaque fois que le cheval est pris en considération pleinement, non pas utilisé ou exploité pour mettre en avant les compétences du cavalier, mais quand le couple se met en valeur mutuellement.

Les difficultés rencontrés par tout propriétaire de cheval ne m’épargnent pas et les expériences me conduisent à découvrir des pratiques peu courantes, plutôt abstraites pour moi au début mais qui résonnaient malgré tout.

Et me voila plongée dans le monde holistique du global, du cohérent, de la complémentarité, de la remise à sa place de l’individu dans son environnement extérieur, intérieur et je me retrouve confrontée à l’importance des émotions, des expériences, des déséquilibres, des traumatismes, du subtil, du respect des besoins. Retour à l’essentiel.

J’ai rencontré un tas de professionnels tous plus passionnants les uns que les autres, avec leur vision de l’équitation et du cheval, leur vision de mon équitation, de mes chevaux et j’en ai construit une boîte à ressources très vaste et très hétéroclite et une source d’inspiration, de  » visualisation » qui jouent un rôle important.

Toujours un privilège.

Mais seuls mes chevaux m’ont conduit à m’intéresser profondément à moi, à mes bagages, au lien entre posture, mental, traumatismes et au cavalier en lui-même. Comme beaucoup j’ai cru longtemps qu’il fallait travailler le cheval avec rigueur, techniques, tact et qu’à force de développer le savoir-faire, je parviendrai à atteindre mon Graal. Et je pense toujours que c’est vrai, mais très incomplet.

L’équitation se joue à deux. Le mouvement touche le couple, à pied comme monté. Et l’impact de l’un sur l’autre est indéniable. Alors focaliser sur le cheval risque de constituer plus une fuite qu’une vraie quête de réussite, et quelque part une dé-responsabilisation aussi.

Alors que le chemin semble se compliquer, finalement, il m’amène à découvrir qu’ainsi, la relation à nos chevaux en devient plus sécurisante, plus forte, plus fine, plus claire. Un vrai processus thérapeutique pour chaque protagoniste nous emmenant chaque jour plus sûrement vers nos aspirations équestres.

Je peux vous offrir toutes ces ressources accumulées autour de la physiologie du cheval, de sa locomotion, de ses besoins, de ses messages ( posturaux, locomoteurs, comportementaux … ) ainsi que sur la posture intérieure et extérieure du cavalier à pied et monté, sur le fonctionnement de votre corps, sur les informations que vous recevez de vous comme de votre cheval, ainsi que sur les savoir-faire et les savoir-être que vous aspirez à développer pour aller, à votre rythme, vers VOTRE Graal.

En quête d’autonomie, de compréhension, de valorisation de votre potentiel comme de celui de votre compagnon équin, d’harmonie et de pérennité, vous êtes au bon endroit, nous avons les mêmes intentions.

%d blogueurs aiment cette page :