Hébergement des chevaux sur pistes

Un espace de liberté et de sécurité

 

étang

L’étang du jaunais

 

 

Bienvenu !

Dans l’idée de proposer un hébergement où la satisfaction des besoins du cheval est  rendue possible, les envies du cavalier gardien sont entendues et le respect de l’environnement passe par la recherche de pérennité, je vous invite à visiter le lieu avec ces quelques photos et à nous rendre visite afin de capter les bienfaits pour le cheval, pour l’homme et pour la terre de cette philosophie.

dc3a9ambulations.jpg une piste

Les 4.5 hectares de surface sont aménagés essentiellement en pistes afin de stimuler les déplacements qui mènent d’un point d’intérêt à un autre. 1300 mètres de pistes ouvrent l’accès aux abris, à l’eau, au foin distribué à volonté en filet, et aux aires enherbées dont l’accès est rigoureusement régulé.

Quel est le but de ces pistes : stimuler la marche pour renforcer la structure des pieds, optimiser le métabolisme des chevaux qui dépend beaucoup du mouvement, limiter l’ennui et par ce fait, réguler l’ingestion de foin et d’herbe, protéger le sol des piétinements des chevaux, favoriser la biodiversité en conservant des zones d’herbes hautes et enfin, stimuler musculairement, ostéopathiquement et articulairement la « mécanique cheval », que le cheval soit au travail ou pas mais aussi, offrir aux chevaux la liberté de choisir « leur planning ». Toutes les ressources sont accessibles à volonté et chacun y a donc accès selon son propre rythme.

Sur ces pistes, les crottins sont ôtés quotidiennement afin de ne pas déséquilibrer  les apports organiques du sol et de limiter le parasitisme. Cela me permet également de voir d’éventuelles anomalies dans les crottins des chevaux.

 

 

La surveillance quotidienne des chevaux permet de dispenser des soins quotidiens éventuels, la distribution d’aliments et la mise en place de vermifuges naturels si vous le souhaitez.

Le lieu offre aux chevaux le choix de l’alimentation comme de leurs interactions sociales et l’écoute de leur rythme personnel en n’imposant pas un rythme humain, où le cheval est tributaire de l’homme pour manger, se déplacer.  L’ennui n’y a donc pas sa place, tout comme les comportements de dérivation ou encore le stress.

            bar à ronces

 

 

foin

le foin

Le foin est éloigné du point d’eau et installé en quantité suffisante pour que  les filets ne soient jamais vides et pour que même les chevaux dont le statut ne permet habituellement pas de manger autant que les autres aient accès au foin à volonté.

Il ne m’est pas rare de constater que les chevaux qui ont des besoins plus élevés en foin par exemple mangent alors que les chevaux « suiveurs » qui mangent dans un deuxième temps optent aisément pour la sieste pendant ce temps alors qu’ils ont le choix d’aller manger à un autre filet.

Deux à trois variétés de foin sont distribuées afin d’enrichir au maximum l’alimentation et tenter de couvrir au mieux les besoins des chevaux ainsi que d’enrichir leur flore intestinale, si importante sur tous les plans.

pâture hiver

L’accès à l’herbe sera géré de manière individuelle selon les troupeaux. Certains  chevaux n’y auront accès qu’aux saisons basses pour des raisons de richesse excessive qui leur nuit plus qu’elle ne leur est bénéfique. Mais ce n’est pas le cas de tous les chevaux.

Certaines parcelles sont donc dévouées au foin et certaines parcelles sont réservées aux chevaux qui en ont besoin.

L’idée étant de trouver un équilibre entre les chevaux et le sol.  Les chevaux, lorsqu’ils sont laissés en permanence sur une pâture, vont rapidement la tasser, la surcharger en crottins et l’affaiblir si la végétation n’est pas protégée de leur très efficace dentition !

Et cela ne profite ni aux chevaux ni au sol. Combler les besoins de l’un ne doit pas être au détriment de l’autre. Et cette idée prévaut dans la philosophie d’Alternative At’Hippic.

piste

Dans tous les cas, il est important d’être conscient que quelque soit les conditions de vie, une complémentation bien choisie en minéraux et oligo éléments ne peut être évitée, même si la variété écologique que je cherche à mettre en place garde cet objectif .

aubépinebourgeons

l’aubépine et les bourgeons de cerisier

En ce qui concerne le travail, une carrière en herbe est dévouée à cet usage. Vous y trouverez le matériel vous permettant de travailler sur des cavaletti comme  à l’obstacle ou sur des ateliers type equifeel / equifun.

Les grandes dimensions de cet espace permet de laisser libre cours à vos envies.

De plus, les nombreux chemins de balade qui entourent la propriété ne vous laisseront pas en reste pour ce qui est de l’extérieur.

Sur place, vous pourrez également faire appel à mes services si vous le souhaitez, que ce soit pour du travail à pied ou monté.

vue carrière

carrière en herbe en arrière plan

Deux abris sont  à disposition des chevaux, les protégeant, s’ils le souhaitent, des inconvénients de la chaleur comme de l’hiver, et ceci, en plus des abris naturels qui jalonnent les pistes.

L’un d’eux permet d’isoler un cheval qui en a besoin momentanément sans l’isoler du troupeau et en ayant un accès à une petite parcelle d’herbe si son état le permet.

Prestation pension :

L’hébergement comprend :

  • le foin
  • l’abri
  • l’accès à la carrière
  • l’eau biensûr
  • la distribution du complément alimentaire ( achat qui reste à la charge du propriétaire)
  • accès à l’herbe si souhaité
  • un emplacement dans la sellerie
  • un accès prioritaire aux prestations et aux ateliers

D’autres prestations sont également possibles :

  • cours particulier et collectif
  • ateliers à thème
  • travail du cheval, ponctuel ou régulier
  • présentation du cheval pour des soins en cas d’absence ( podologue, maréchal, ostéopathe, physio-thérapeute … )

Tarif

Sur place, vous trouverez également une douche, une aire de pansage non couverte  en plus d’une bonne humeur assurée, d’une écoute avisée et d’une sérénité ressourçante.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :